Cuarta edición del Festival Krik Krak

Tête pensante et supporters du Festival Krik Krak présentaient jeudi matin une conférence de presse dans la salle polyvalente de la Fokal. Allenby Augustin d’Akoustik Prod, Erol Josué du Bureau national d’ethnologie, également artiste invité à Krik Krak, Lòlò de Boukman Eksperyans constituaient dans le panel. Aux côtés du trio très masculin, Lorraine Mangonès, représentante de la Fokal institution qui, rappelons-le, accompagne, avec l’ambassade de Suisse, cette 4e édition du festival.
Comme son nom l’indique, cette manifestation culturelle fait depuis maintenant quatre ans la part belle aux contes populaires, aux jeux et à la musique traditionnels. Alors qu’elle a lieu généralement dans la ville des Cayes, ses échos retentissent jusqu’à Port-au-Prince. Du moins parmi ceux qui s’intéressent aux patrimoines intangibles d’Haïti. Les histoires de Bouqui et de Malice, de Yaya, Ti Roro et Banda vont pleuvoir ; les jeux de « pench, kay, oslè, domino, kat, kous sak… feront à nouveau le plaisir des enfants autant que le plaisir des jeunes et vieux comme lors de la dernière édition en décembre 2013.
Allenby Augustin, après une brève présentation de la structure dont il fait partie, a mis l’accent, au cours de cette conférence de presse, sur le fait que la musique traditionnelle des Cayes jouira d’une belle vitrine. « Avenir et Les Tirailleurs sont deux groupes qui font de la musique traditionnelle aux Cayes depuis 1928 et 1930, avance Allenby. Ils sont aujourd’hui des patrimoines par le grand travail qu’ils réalisent. Pourtant, ils ne sont pas reconnus à leur juste valeur, et c’est à cette reconnaissance qu’Akoustik Prod, entre autres, veut aider. » Les Tirailleurs et Avenir figuraient déjà dans le line up du festival en 2013. Ils recevront des ateliers en leurs locaux ainsi que la visite d’Erol Josué aux fins de planifier leur pérennisation.
L’accent sera aussi mis sur les groupes rara évoluant dans la métropole du Sud. Un concours élira le groupe rara qui aura le mieux exécuté des morceaux traditionnels après délibération d’un jury composé d’Erol Josué, de Lòlò, de Manzè, d’Elizabeth Pierre-Louis, de Françoise Ponticq (Dòk Dan) et d’une choriste du groupe Nègès Fla Vodou qui sera désignée en temps et lieu. Nègès Fla Vodou est composé de 12 choristes qui accompagnent les prestations d’Erol Josué.
Boukman Eksperyans, qui était aux Cayes pour la 3e édition de Krik Krak, revient cette année encore. « J’ai beaucoup de joie à participer à cette activité, explique Lòlò, enthousiaste. Elle m’intéresse d’autant plus qu’elle permet aux traditions populaires, qui tendent à se perdre, de renaître de leurs cendres. Notre culture est riche et c’est à cause de cette richesse que les campagnes antisuperstitieuses ont voulu l’étouffer, continue-t-il. Les enfants devraient prendre part à cette manifestation parce qu’ils sont concernés. J’attends donc les gens en foule. » Les conteurs Paula Clermont Péan, Pierre Jocelyn Amazan, le marionnettiste Ernst Saint-Rome sont aussi sur la liste des artistes attendus dans la cité d’Antoine Simon.
Lorraine Mangonès, au cours de cette conférence, a réitéré le soutien de la Fokal à Akoustik Prod et croit que l’initiative en soi, très louable, mérite tout le soutien nécessaire que l’institution qu’elle représente peut apporter. « Les traditions forgent les patrimoines et ce patrimoine-là nous identifie et sert de socle commun, ponctue-t-elle. »

Ewa Erol !

C’est en ces termes que « The Vodoo Man » et directeur du Bureau national d’ethnologie sera honoré par l’équipe d’Akoustik Prod « pour le travail colossal accompli. Un honneur qu’Erol Josué reçoit humblement et avec enchantement. « Je me sens très honoré à l’ avance par ce geste, déclare fièrement Erol Josué. Surtout que ma qualité de prêtre vodou me permet d’être à même de saisir le sens de « Ewa Erol ! » Cela n’arrive pas souvent que l’on m’honore ici, dans mon pays. Ce sont des cas isolés, et c’est d’autant plus pour cela que j’apprécie grandement cet intérêt qui m’est porté. Si bien que moi, d’un naturel bavard, en perds mes mots. »
Outre cette cérémonie d’hommage, sont prévus à ce festival la tenue des jeux sur la place d’Armes des Cayes, des courses, des ateliers pour enfants avec Ernst Saint-Rome, des tables de ronde, des spectacles de conte, une parade et un concert. Les participants qui arriveront de Port-au-Prince n’auront pas le temps de chômer.
La jeunesse du Festival Krik Krak lui a sans nul doute causé du tort lors des premières éditions, notamment au niveau de l’organisation, de la logistique. Cela avait occasionné l’an dernier par exemple beaucoup de retard. Mais ses initiateurs ont pour eux l’avantage d’être très disposés à apprendre. Pour cette édition, ils ont eu la bonne idée de monter un comité aux Cayes en vue d’assurer une meilleure coordination (la logistique, les autorisations de la mairie, de la police, etc.). Fait encore plus intéressant, les organisateurs vont tenter le pari de faire beaucoup avec peu (USD 18 000). On ne peut que leur souhaiter de réussir.

Publicado el 26/02/2015 por Le Nouvelliste

También podría gustarte