Comienza el «Encuentro músicas del mundo» en Haití

Des sonorités différentes dans notre paysage. Haïti rencontre des artistes venus d’ailleurs : la Capverdienne Elida Almeida, lauréate du prix Découvertes RFI 2015, Habib Koité du Mali, Xiomara Fortuna de la République dominicaine, le groupe français Au P’tit Bonheur, le saxophoniste belge Pierre Vaiana, le violoniste Daniel Bernard Roumain des Etats­Unis, la pianiste japonaise Yayoi Ikawa. Ces talents rencontreront sur scènes nos artistes, entre autres : Tamara Suffren, Erol Josué et les Nègès Fla Vodou… de la musique pour rencontrer le monde!

Ghary Lubin (G.L.) : Le festival se tiendra du 16 au 25 juin cette année autour de la fête de la musique qui est le 21 juin. Nous avons évidemment maintenu le même principe de gratuité. Nous invitons le public à prendre part à la 2e édition des Rencontres des musiques du monde avec son riche menu d’ateliers, de conférences et de projections, et une belle brochette d’artistes à découvrir ou redécouvrir pendant ces concerts absolument gratuits.

L.N. : Nous avons appris que la Capverdienne Elida Almeida, lauréate du prix Découvertes RFI 2015, sera à Port­au­Prince, pour cet événement.

G.L. : C’est un honneur pour nous d’accueillir cette perle capverdienne très en demande actuellement grâce à son succès grandissant depuis le prix Découvertes RFI 2015. Elle est actuellement en tournée en Europe et nous en avons profité pour l’inviter au festival. Elle a tout de suite accepté. Le public pourra découvrir une jeune fille de 23 ans douée d’une belle présence scénique. Elida chante avec une telle vérité qu’elle entraîne tous ceux qui l’écoutent avec sa voix grave, puissante et joyeuse à la fois. Elle répond aussi aux aspirations d’une jeunesse capverdienne qui souhaite sortir de son isolement et s’approprier le monde. De quoi inspirer nos jeunes artistes musiciens qui visent comme elle le marché des musiques du monde.

L.N. : Et les autres stars qui seront sur la scène. Prévoit­on comme d’habitude un mélange de voix locales et d’autres timbres de musiques du monde venus d’ailleurs ? 1 2 3 4 Les artistes à Musiques du monde

G.L. : Les Rencontres sont conçues pour favoriser des échanges dans le respect des diversités culturelles. Cette année, le public pourra découvrir le spectacle de Tamara Suffren en complicité avec le saxophoniste belge Pierre Vaiana, Erol Josué et les Nègès Fla Vodou. On accueille également Habib Koité du Mali, Xiomara Fortuna de la République dominicaine, le groupe français Au P’tit Bonheur, et le violoniste Daniel Bernard Roumain (DBR) des Etats­Unis qui sera accompagné de la pianiste japonaise Yayoi Ikawa.

L.N. : A part les concerts, Gahri, on va discuter autour de la musique. A ce propos, il y aura un public sélectionné pour les ateliers. Et les conférences ouvertes au grand public, n’est­ce pas ?

G.L. : Toutes les activités sont ouvertes gratuitement au grand public. Plusieurs artistes animeront des ateliers avec participation gratuite sur inscription préalable. Les intéressés peuvent consulter notre site web tamise.org ou la page Facebook de Tamise pour la programmation et nous contacter aux coordonnées suivantes : [email protected] / 37 14 21 22 pour l’inscription. Le jeudi 23 à 10h a.m. à FOKAL, Michel De Bock de l’agence artistique belge ContreJour présentera une conférence sur l’importance de développer le régional – en l’occurrence le réseau caribéen ­ dans la définition de nouvelles stratégies pour le développement des carrières des artistes. En partenariat avec le programme média de la FOKAL, le film « Don’t think I’ve forgotten : Cambodia’s lost Rock’n Roll » sera pojeté le mardi 21 à 5h pm. Enfin, le lendemain, mercredi 22 juin, nous aurons la projection d’un second documentaire ‘Tango Negro’ à l’Institut français en Haïti au Bois­Verna.

L.N. : Comment être au courant de toute la programmation de la 2e édition des rencontres des musiques du monde ?

G.L. : La programmation est disponible sur les sites de Tamise (www.tamise.org) et de notre partenaire Caracoli (caracoli­haiti.com), sur nos pages facebook et sur les sites des autres partenaires comme FOKAL et l’Institut français en Haïti.

L.N. : D’où vient cette initiative de rencontres de sonorités différentes ?

G.L. : Les « Rencontres des musiques du monde » suivent une double préoccupation : la promotion des musiques actuelles conçues à partir des musiques traditionnelles, et la question du marché pour les musiques du monde, notamment les musiques caribéennes. En organisant cet événement, nous avons voulu encourager les artistes qui s’inspirent de leur tradition musicale. Tamise répond ainsi à un appel impératif pour maintenir la culture haïtienne vivante en lui permettant d’échanger avec des artistes venus d’ailleurs, en partageant leur histoire dans le respect des diversités culturelles. Par la même occasion, elle construit un réseau d’opérateurs à l’échelle internationale dans le but de pérenniser ces échanges

L.N. : Quels sont les différents lieux de rendez­vous pour écouter et danser les musiques du monde ?

G.L. : Nous aurons cinq dates pour divers concerts à l’Institut français en Haïti qui est, je le rappelle au 99, de la rue Lamartinière, Bois­Verna. Le jeudi 16 juin, se produira Elida Almeida, jeune chanteuse du Cap­Vert dont nous venons de parler. Le samedi 18 juin, un magnifique duo de Pierre Vaiana, saxophoniste de la Belgique et notre Tamara Suffren d’Haïti Le mardi 21 juin, le chanteur Habib Koité du Mali et la chanteuse Xiomara Fortuna de la République dominicaine se succéderont sur scène. Le jeudi 23 juin, le groupe français Au P’tit Bonheur se produira dans un premier concert de chansons françaises, un genre très prisé chez nous, n’est­ce pas ? Le samedi 25 juin – Daniel Bernard Roumain, violoniste haïtiano­américain formé à la musique classique mais s’exprimant dans une fusion expérimentale de funk, rock, hip­hop et classique, sera accompagné de la pianiste Yayoi Ikawa, du Japon, une grande amie d’Haïti et de sa musique. Je précise que tous les concerts à l’Institut français en Haïti débutent à 7h p.m. et sont en entrée libre. Ces mêmes artistes se produiront à la FOKAL, au 143, de l’avenue Christophe, à des dates différentes : le vendredi 17 juin, Elida Almeida du Cap­Vert ; le lundi 20 juin, Habib Koité du Mali ; le mercredi 22 juin, Xiomara Fortuna de la République voisine suivie de Pierre Vaiana de la Belgique et Tamara Suffren; le vendredi 24 juin, Daniel Bernard Roumain des USA. Je souligne que, ce 24 juin, Erol Josué, artiste exceptionnel qui charrie nos rythmes traditionnels avec brio, sera accompagné du groupe Nègès Fla Vodou d’Haïti également à Fokal. Ce sera leur unique prestation. Les concerts à Fokal débuteront à 6h p.m. Pour y participer gratuitement, il faut juste retirer une invitation sur simple demande à l’accueil ou en téléphonant au bureau du festival au 37 14 21 22. Je dois souligner, Claude Bernard, que le festival des Rencontres de musiques du monde sera aussi en province avec une tournée du groupe Au P’tit Bonheur à travers les Alliances françaises de Gonaïves,du Cap­Haïtien, de Jérémie, des Cayes et de Jacmel, les 20, 21, 24, 25 et 27 juin.

L.N. : Je voudrais vous entendre, Gahri, inviter un jeune qui n’a jamais pris part à ce genre de rendez­vous à venir écouter les musiques du monde.

G.L. : Je dirais aux jeunes de tous âges de bien profiter de cette programmation riche et variée qu’on ne trouve pas souvent. Avec les rencontres tournant autour de la fête mondiale de la musique, Tamise et Caracoli ainsi que leurs partenaires: la FOKAL, l’Institut français, l’ambassade des Etats­Unis en Haïti, Wallonie Bruxelles International, l’OIF, le ministère du Tourisme, le Programme européen pour la culture financé par l’Union européenne, l’ambassade de Suisse et Air Caraïbes vous apportent le monde ! Venez voyager sans retenue au cœur de nos musiques traditionnelles et apprécier l’expression musicale de tous ces beaux talents d’aujourd’hui. C’est gratuit, on ne peut faire mieux !

Publicado en Le Nouvelliste
También podría gustarte